a
Back to Top

NOTRE HISTOIRE

LE PORTRAIT DES FONDATEURS

Antoine et Ugo sont les fondateurs du groupe La Môme. Lyonnais d’origine, ils ouvrent leur tout premier restaurant à Cannes en 2015. Rencontre.

Pouvez-vous nous présenter le groupe La Môme ?

Aujourd’hui, le groupe La Môme c’est quatre établissements : le restaurant La Môme, le bar à cocktails La Môme situé en face, La Môme Plage (restaurant et plage privée) et le restaurant japonais Mido. Au commencement, nous n’étions que 6, à ce jour nous sommes 90 et atteignons 180 personnes en saison.

Comment en êtes-vous arrivés là ?

Nous avons fait nos premières armes à Lyon, en tant que serveurs. Puis, nous décidons de quitter notre région natale pour faire des saisons dans la restauration. C’est donc tout naturellement que nous nous retrouvons à Saint-Tropez. Par le réseau, nous avons l’opportunité de travailler dans un établissement réputé à Cannes, le Bâoli. Nous nous installons dans la région. Nous commençons en tant que serveurs, puis chefs de rang et directeurs du restaurant d’abord et de la plage ensuite. En 2013, un nouveau challenge s’offre à nous : assurer la direction de la plage du Majestic Barrière. Pour nous, ce sont de très bonnes expériences car nous apprenons énormément dans ces différents établissements mais nous avons pour ambition d’acquérir notre propre restaurant. C’est ce que nous faisons en mai 2015 avec l’ouverture de La Môme au 6 impasse Florian à Cannes et pour parvenir à cela, nous avons pu compter sur l’aide de partenaires financiers.

Pourquoi La Môme d’ailleurs ?

Ce nom fait référence à La Môme Moineau, Lucienne Suzanne Vreurick, une vendeuse de fleurs dans les boîtes de nuit à Montmartre et Montparnasse, à Paris dans les années 1920. Elle deviendra chanteuse puis milliardaire en épousant un riche ingénieur et homme d’affaires portoricain. Cette femme, qui va faire beaucoup parler d’elle dans la rubrique mondaine, est une habituée de la Côte d’Azur et est notamment propriétaire de la villa Bagatelle à Cannes. Pour nous, ce nom rappelle une époque, les belles années de la French Riviera…

À quoi selon vous doit ressembler votre restaurant ?

Un lieu où l’on aimerait sortir avec nos amis ! Un établissement ouvert le soir pour les 40/60 ans, élégant, chic mais pas trop, animé et qui sert des mets de qualité. Selon nous, il n’y avait pas ce type d’endroit à Cannes. Voilà ce à quoi nous voulions que notre restaurant ressemble…

Le pari est-il réussi ?

Rien n’est jamais gagné ! Chaque soir, c’est une nouvelle aventure. Nous avons à coeur, surtout pour notre clientèle d’habitués, d’offrir en permanence une expérience, à la hauteur de leurs espérances. Nous misons sur la qualité de service et d’accueil et nous ne perdons jamais de vue que le client est roi.

L’aventure ne s’arrête pas là, vous allez ouvrir d’autres établissements à Cannes …

Oui ! En 2017, nous ouvrons le bar à cocktail en face du restaurant La Môme. Nous reprenons la Plage Royale en 2018 que l’on rebaptise La Môme Plage, en cohérence avec notre restaurant du centre-ville. Enfin, quelques mois plus tard, naît Mido, un restaurant d’inspiration japonaise, dans la même impasse Florian que les deux premiers établissements.

Qui fréquente vos établissements ?

Un mélange de locaux, étrangers, congressistes, touristes… C’est ce que nous aimons !

Antoine et Ugo sont les fondateurs du groupe La Môme. Lyonnais d’origine, ils ouvrent leur tout premier restaurant à Cannes en 2015. Rencontre.

Pouvez-vous nous présenter le groupe La Môme ?

Aujourd’hui, le groupe La Môme c’est quatre établissements : le restaurant La Môme, le bar à cocktails La Môme situé en face, La Môme Plage (restaurant et plage privée) et le restaurant japonais Mido. Au commencement, nous n’étions que 6, à ce jour nous sommes 90 et atteignons 180 personnes en saison.

Comment en êtes-vous arrivés là ?

Nous avons fait nos premières armes à Lyon, en tant que serveurs. Puis, nous décidons de quitter notre région natale pour faire des saisons dans la restauration. C’est donc tout naturellement que nous nous retrouvons à Saint-Tropez. Par le réseau, nous avons l’opportunité de travailler dans un établissement réputé à Cannes, le Bâoli. Nous nous installons dans la région. Nous commençons en tant que serveurs, puis chefs de rang et directeurs du restaurant d’abord et de la plage ensuite. En 2013, un nouveau challenge s’offre à nous : assurer la direction de la plage du Majestic Barrière. Pour nous, ce sont de très bonnes expériences car nous apprenons énormément dans ces différents établissements mais nous avons pour ambition d’acquérir notre propre restaurant. C’est ce que nous faisons en mai 2015 avec l’ouverture de La Môme au 6 impasse Florian à Cannes et pour parvenir à cela, nous avons pu compter sur l’aide de partenaires financiers.

Pourquoi La Môme d’ailleurs ?

Ce nom fait référence à La Môme Moineau, Lucienne Suzanne Vreurick, une vendeuse de fleurs dans les boîtes de nuit à Montmartre et Montparnasse, à Paris dans les années 1920. Elle deviendra chanteuse puis milliardaire en épousant un riche ingénieur et homme d’affaires portoricain. Cette femme, qui va faire beaucoup parler d’elle dans la rubrique mondaine, est une habituée de la Côte d’Azur et est notamment propriétaire de la villa Bagatelle à Cannes. Pour nous, ce nom rappelle une époque, les belles années de la French Riviera…

À quoi selon vous doit ressembler votre restaurant ?

Un lieu où l’on aimerait sortir avec nos amis ! Un établissement ouvert le soir pour les 40/60 ans, élégant, chic mais pas trop, animé et qui sert des mets de qualité. Selon nous, il n’y avait pas ce type d’endroit à Cannes. Voilà ce à quoi nous voulions que notre restaurant ressemble…

Le pari est-il réussi ?

Rien n’est jamais gagné ! Chaque soir, c’est une nouvelle aventure. Nous avons à coeur, surtout pour notre clientèle d’habitués, d’offrir en permanence une expérience, à la hauteur de leurs espérances. Nous misons sur la qualité de service et l’accueil et nous ne perdons jamais de vue que le client est roi.

L’aventure ne s’arrête pas là, vous allez ouvrir d’autres établissements à Cannes …

Oui ! En 2017, nous ouvrons le bar à cocktail en face du restaurant La Môme. Nous reprenons la Plage Royale en 2018 que l’on rebaptise La Môme Plage, en cohérence avec notre restaurant du centre-ville. Enfin, quelques mois plus tard, naît Mido, un restaurant d’inspiration japonaise, dans la même impasse Florian que les deux premiers établissements.

Qui fréquente vos établissements ?

Un mélange de locaux, étrangers, congressistes, touristes… C’est ce que nous aimons !

La Môme Groupe Magazine